• Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    Sur les petites routes de la Ténarèze 32

    je ne connaissais pas mais suis heureusement surprise par le village

     


    12 commentaires
  • 32

    (premier cette Photo du WEB )

    32

    32

    32

     

    Une église perdue dans la campagne : St jean Baptiste de   32

    Une église perdue dans la campagne : St jean Baptiste de   32 

     

    32

    une belle découverte, majestueuse et paisible

    32

    32

     


    7 commentaires
  •  

    ça me porte soucis mais ensuite ……

    un appartement relooké ++++ , pas comme ça quand même!  (Chenonceaux)

    A bientôt

    Pause pour cause de travaux


    6 commentaires
  • En se promenant en Ténarèze 32

    Cassaigne  : Résidence de l'Evêque de Comdon.

    le Château était sa résidence d'été.

    L 'église et le château : deux bâtiments imbriqués l'un dans l'autre 

    Ce  petit Village  avait une grande importance dans le  Gers Catholique.

     

    En se promenant en Ténarèze 32

    En se promenant en Ténarèze 32

    En se promenant en Ténarèze 32 

    Cette serrure indique, par sa forme , que c'était

    le logement d'un  Ecclésiastique  haut placé dans la hiérarchie

    En se promenant en Ténarèze 32

    A bientôt pour la suite de la balade

     


    7 commentaires
  •  

    Et plus exactement  en Ténarèze , le nord ouest du Gers,

    le berceau de L'Armagnac.

    Un petit tour en Armagnac 32 

    Un petit tour en Armagnac 32

    Un petit tour en Armagnac 32

    Un village tranquille

    Un petit tour en Armagnac 32 

     on sent beaucoup d'attention pour conserver le patrimoine

    Un petit tour en Armagnac 32

    Le Lavoir municipal

    Un petit tour en Armagnac 32

    où une artiste à peint une fresque

    Un petit tour en Armagnac 32

    et juste à côté

    Un petit tour en Armagnac 32

    Les Arènes

    Un petit tour en Armagnac 32 

    Superbes Arènes pour des courses de vachettes, jamais de mise à mort :

     un jeu landais où s'essayent des jeunes pas trop rassurés la plupart d temps

    Un petit tour en Armagnac 32

    Un petit tour en Armagnac 32

    les vachettes sortent par là

    Un petit tour en Armagnac 32

    on se réfugie  là

    Un petit tour en Armagnac 32

    j'y ai même vu un taureau pas très agressif !

    Un petit tour en Armagnac 32

    s'il charge,  j'ai juste ce refuge!

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    et pour ceux qui veulent en savoir un peu plus:

                                                  Les Arènes Jean Bartherotte

    Les arènes en 1901

    Les arènes en 1901

    Les Arènes aujourd'hui

    Les Arènes aujourd'hui

    Au siècle dernier, l'arène n'était que la place du village ou le champ de foire clos par des charrettes mises en cercle fermé pour la circonstance. A partir de la fin du XIXème siècle s'ébauche un modèle d'arène de course landaise (Estang 1901); l'espace idéal est une piste rectangulaire (40 m x 32 m) arrondie à une extrémité. Le sol doit être suffisamment dur (terre battue) pour que la vache et l'écarteur ou le sauteur et le cordier puissent prendre leur appui. Il existe 150 arènes ou place d'arènes répertoriées par la Fédération Française de Courses Landaises dans le Sud-Ouest.

    Course landaise

    L'écarteur

    Course landaise

    Les Sauteurs

    L'Histoire de la course landaise

    La course landaise est pratiquée depuis toujours dans le Sud-Ouest. Le document authentique le plus ancien conservé aux archives nationales fait état en 1457 d'une coutume immémoriale de faire courir vaches et bœufs dans les rues de Saint Sever à l'occasion des fêtes de la Saint Jean. Ensuite, pendant plusieurs siècles, on connaît surtout la tauromachie landaise par les différentes tentatives d'interdiction dont elle fut l'objet à maintes reprises et sans succès. Le musée de la course landaise à Bascons conserve des références.

    C'est au cours du XIXème siècle que la course landaise devint ce qu'elle est aujourd'hui. Deux événements majeurs la firent rentrer dans la modernité. Tout d'abord ce fut l'obligation de pratiquer uniquement les courses dans des lieux délimités et fermés, entourés de gradins, et non librement dans la rue comme c'était le cas jusque là. C'est dans cet espace limité de l'arène que naquirent d'abord l'écart puis le saut, les deux figures artistiques de la course landaise. Ensuite ce fut, en août 1853, l'apparition du bétail d'origine ibérique qui se révéla plus apte que le bétail local à la pratique. Si bien qu'à la fin du siècle il n'y avait plus en course landaise que des vaches d'origine navarraise (carriquiri) et plus aucune landaise.

    Pour compléter le tableau, c'est à la fin du même siècle que les toreros landais adoptèrent la tenue qu'ils portent toujours aujourd'hui: le pantalon blanc et le boléro agrémenté de paillettes d'or ou d'argent. La corde et le teneur de corde (courdayre ou cordier) apparurent à la même époque ainsi que les tampons au bout des cornes des coursières les plus dangereuses.

    Les Arènes Jean Bartherotte : un de nos joyaux estangois

    arene ext

    arene int

     

    DSC06949

    Situées à côté du Pesqué en plein cœur du village, combien d'écarteurs, de sauteurs, de cordiers et de vaches landaises prénommées Estanita, Andalouse, Armagnacaise... ont foulé le sable fauve de sa piste. Combien d'écarts parfaits et de "tumades" redoutables vus par un public averti et attentif. Le gascon à la fière allure arbore son béret du dimanche.

    Il fallu plusieurs années de collaboration du village et d'"aficionados" passionnés pour finaliser sa construction. Les fiers Gascons peuvent s'enorgueillir de cette réussite, ils la sauvegardent jalousement à juste titre, elle le mérite. Son histoire doit perdurer, c'est une tradition gasconne, elle est dans les gènes des Gascons.

    A l'ombre d'une haie de platanes centenaires, elle a fêté ses 100 ans en 2001. Ses atouts:elles sont entièrement couvertes et inscrites à l'inventaire des Monuments Historiques depuis le 15 novembre 1993.

    1901 : Inauguration de la première tranche, date que l'on peut voir parader en gros chiffres sur la Tribune d'Honneur. Sur un terrain préalablement assaini sont construites 10 loges en dur aux portes briquetées , surmontées de gradins en bois d(ores et déjà couverts.

    1913 : 4 estangois (Mrs Dubos, Sier, Bougnères et Rande) regroupés dans un syndicat des fêtes indépendant mais propriétaire des arènes, commencèrent à construire le côté opposé, les tribunes de premières qui ne seront cependant pas achevées, pour cause de guerre.

    1919 : Construction de la partie Est. La construction fut interrompue par la guerre de 14-18 et reprise en 1919. Les gradins de la partie est interrompus avaient été un peu endommagés pendant cette attente; il fut décidé de les reconstruire et de les couvrir.

    1921 : C'est à cette date que furent achevées les tribunes (les gradins des secondes furent édifiés à l'aide du bois fourni par les exploitants locaux).

    1928 : Est la date d'achèvement avec la réalisation de ses ailes Nord-Sud. La construction s'est effectuée en plusieurs étapes, mais sans que cela ne porte atteinte à l'harmonie de l'ensemble. Le style initial a été conservé.

    1930 : Le Président du Syndicat des fêtes, Paul Dubos, convaincra les membres du syndicat d'édifier  les côtés Nord et Sud et de les couvrir.

    Aujourd'hui : la capacité d'accueil des premières, côté Ouest, a été augmenté par l'adjonction de travées supplémentaires. C'est l'unique modification intervenue aux Arènes et qui s'est opérée dans la sauvegarde la plus stricte des matériaux et des principes de construction originels. La capacité d'accueil est au total de 2208 places. Les arènes portent le nom de Jean Bartherotte grand tauromache local, qui fut la cheville ouvrière de la Course Landaise à Estang (et fusillé pendant la 2ème guerre mondiale, le 3 juillet 1944). Les arènes accueillent désormais au moins 5 courses landaises par an. Qui ne se rappelle pas des voix rocailleuses de Roger Laffitte et de Georges Nicou, speakers bien connus, à la verve et aux mots justes. Nos arènes vibrent encore de leurs voix chaleureuses.

    La Renaissance Estangoise d'abord dirigée par André Descat puis par Francis Labarthe accompagne de ses cuivres et autres roulements de tambours les écarts majestueux et le paséo de début et de fin de course entonnant fièrement la "cazérienne".

    Il est aussi important de rappeler que le 19 août 1984, un certain François Mitterrand, Président de la République Française en exercice, vint inopinément les honorer de sa présence. Une visite présidentielle qui contribua peut-être au classement des arènes à l'inventaire secondaire des Monuments Historiques en 1993. Et puis, pendant plusieurs étés à l'occasion des fêtes locales, chaque Lundi soir un spectacle de music-hall y était organisé, les arènes ont entendu les voix de: Gilbert Bécaud, Enrico Macias, Annie Cordy, Michelle Torr, Line Renaud ou Carlos...

    Dans ces conditions, qui pourrait en vouloir aux administrés du Maire Ernest Caillebar d'avoir un jour bravé l'interdit de 1901 du Préfet Méchin, d'organiser "des courses de bœufs et vaches" dans tout le domaine gascon ?

    Passant viens voir la course landaise !

    Yves MARRAST, Conteur Gascon - 32370 SAUBOIRES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires